Communiqué de Presse

Démarrage de « l’étude pour l’élaboration d’un plan d’action
pour la valorisation des déchets miniers au Maroc »

Rabat, le 4 avril 2018

Le Secrétariat d’état chargé du Développement Durable a organisé l’atelier de démarrage de « L’étude pour l’élaboration d’un plan d’action pour la valorisation des déchets miniers au Maroc ». La séance d’ouverture ce cet atelier a été présidée par Monsieur Aziz RABBAH, Ministre de l’Energie, des Mines et du Développement Durable ce 04 Avril 2018 au siege du Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable.

Cette etude s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) qui se décline en sept enjeux, dont le 6ème qui porte sur l’Economie Verte, et qui vise, entre autres, le développement durable du secteur minier. Son suivi sera assuré par une commission interministérielle, constituée de représentants du secteur public et privé, qui veillera au suivi et à la capitalisation sur les actions déjà enterprises, ainsi que l’examen des meilleures options pour une gestion durable des Mines au Maroc.

L’étude consiste en la réalisation d’un diagnostic et de l’évaluation de l'ampleur de la pollution et des impacts des déchets miniers sur l'environnement, d’un benchmark des solutions adoptées dans d'autres pays pour les mêmes catégories des mines, du Plan d'Action pour la valorisation des déchets miniers au Maroc, et enfin d’une Base de Données Nationale pour le suivi environnemental des mines abandonnées, réhabilitées ou en cours d’exploitation.

Cette étude contribuera également à l’examen des voies et moyens de valorisation des déchets miniers pour créer des richesses et des activités génératrices de revenus, et les transformer de l’état de déchets à l’état de matières premières prêtes à être utilisées dans des procédés industriels ou une source d’énergie.

Ont participé à cet atelier les représentants des Départements Ministériels et des Organismes Publics, des Conseils Régionaux, les universitaires, les opérateurs économiques et la société civile.